Nos conseils pour choisir votre parquet

CHOISIR SON REVETEMENT DE SOL


Pour rénover le sol de sa maison, il existe de nombreuses solutions qui dépendent de vos attentes en terme d'utilisation. Un parquet bois chaleureux et naturel ? Un sol stratifié ou un sol vinyle ?
Nous vous proposons un petit tour d'horizon des points forts des différents revêtements de sol possibles pour vous aider à faire le bon choix.


Le revêtement de sol stratifié


Le sol stratifié est simple à installer, très résistant et bénéficie d'un bon rapport qualité-prix. Le sol stratifié reproduit visuellement l'aspect d'essence de bois, du béton ou de la pierre sous la forme d'un papier décor protégé par un film pour plus de résistance à la rayure.
La partie centrale du sol stratifié est constituée par un panneau HDF (panneau de fibres à haute densité) appelé âme centrale. Une couche de contrebalancement vient compléter les attributs du sol stratifié. Avec une épaisseur limitée (à partir de 7 mm), le sol stratifié convient parfaitement à la rénovation.


Le revêtement de sol vinyle


Le sol vinyle est facile et rapide à poser, extrêmement résistant et bénéficie d'un bon rapport qualité-prix. Le sol vinyle reproduit visuellement l'aspect d'essence de bois, du béton ou de la pierre sous la forme d'un vinyle aux décors modernes protégé par une couche de protection ultra-résistante.
La partie centrale du sol vinyle est constituée d'un support haute densité. Une couche de contrebalancement liège faisant office de sous-couche vient compléter les attributs du sol vinyle.


LE PARQUET


Résistant à l'usure et doté d'une longévité reconnue, le parquet dont l'entretien est très facile, apporte toute l'hygiène requise aux revêtements de sols. Par son matériau constitutif, le bois, le parquet est confortable sur le plan thermique, et les nombreuses solutions constructives développées qui associent les sous-couches et colles apportent à l'utilisateur les performances acoustiques requises.

Le parquet massif


Réalisé dans une seule essence de bois sur toute son épaisseur, le parquet massif est très résistant à l'usure et offre une durée de vie importante. Si nécessaire, il peut être rénové plusieurs fois par ponçage.Les parquets massifs peuvent admettre plusieurs types de pose (clouée, collée, flottante).
Il existe une multitude d'essences différentes indigènes ou exotiques. Chacune a ses propres caractéristiques : couleur, rigidité, dureté, résistance à l'humidité...
Le parquet massif est proposé brut (à finir par vos soins après la pose), ou fini en usine par huile ou vernis avec ou sans teinte.


Le parquet contrecollé


Trois couches superposées composent le parquet contrecollé. La couche supérieure est un parement de bois noble, l'âme centrale est en contreplaqué, le contrebalancement est une feuille de bois déroulé. Fabriqué en usine, ce parquet se rapproche beaucoup de l'aspect du parquet massif pour un budget moindre.


CONSEILS DE POSE DES PARQUETS


Avant la pose


Le support :

doit être:

  • PLAN : planéité de 2 mm sous une règle de 2 m
  • SEC : humidité de la dalle <3% contrôlée avec un appareil homologué. Le sol chauffant basse température doit avoir un taux d'humidité <2%. La chape anhydrite doit avoir un taux d'humidité <0,5%
  • RIGIDE (et adhérent pour une pose collée)

Contrôle du support : Le contrôle du support est réalisé avec une bombe à carbure (test généralement effectué par le chapiste).
Barrière contre l'humidité : Cette barrière contre les remontées d'humidité est obligatoire (voir le DTU), afin d'éviter toute reprise par le support. En cas de doute, vous devez prévoir un isolant.
Propreté du support : Le support doit être dépoussiéré avant la pose
Porosité de la chape : Si la chape est poreuse, prévoir un primaire d'accrochage adapté pour une pose collée.


Le stockage :


Local : Le parquet doit être stocké dans un local sec et chauffé. La température comprise entre 15 et 25°C. L'hygrométrie de l'air ambiant comprise entre 45 et 65%.


Le parquet :

  • Pour un parquet brut, il faut le laisser stabiliser environ 10 jours avant la pose sur le chantier, empilé en laissant les colis ouverts. 
  • Pour un parquet fini (verni ou huilé), les colis seront ouverts au moment de la pose.

Avant de commencer la pose, ouvrir plusieurs colis afin de répartir harmonieusement les lames de parquet.


Pendant la pose


Les règles à respecter :

  • Autour d'une pièce, le jeu de dilatation doit être de 1,5 mm par ml de large avec un minimum de 10 mm.
  • Si la largeur de la pièce est supérieure à 8 mètres, prévoir un joint de fractionnement de 15 mm minimum. Les parquets lames larges nécessitent un jeu de dilatation plus important.
  • Eviter de serrer trop fort les lames entre elles.


Après la pose


Les règles à respecter :

  • Parquet brut : Attendre au minimum 3 à 4 jours pour que le bois se stabilise, puis effectuer le ponçage et la finition choisie.
  • Parquet avec finition usine : Après 48 heures, vous pouvez utiliser la pièce parquetée

NOTICE INFORMATIVE SUR LE PARQUET 


Le bois est un matériau vivant, sensible par nature car il ressent les variations dues à l'exposition à la lumière du jour, à la lune, à l'humidité, à la température et à l'usage quotidien. Il est donc important d'avoir à l'esprit que :
La couleur d'un parquet dépend des fibres ligneuses et de certaines substances contenues dans le bois lui-même. La couleur de ces substances change à l'exposition à l'air, à la lumière du jour et à la lune ; il est inévitable qu'un parquet subisse une modification de couleur avec le temps, de façon naturelle (une attention particulière devra être portée sur les tapis et meubles pouvant laisser leur empreinte notamment en début d'installation du parquet).
Malgré les effets de stabilisation, l'exposition prolongée à un climat trop sec (<à 40%) peut produire la création de joints entre les lames qui s'atténueront et disparaîtront au retour de conditions climatiques normales. Dans ce cas, un humidificateur d'air (à eau ou électrique) peut être mis en place pour retrouver une humidité ambiante conforme proche de 50%. Inversement, des conditions extrêmes d'humidité (>à 60%) peuvent générer des tensions internes très élevées ; dans les situations les plus critiques, apparaissent des micro-fractures dues au décollement entre deux cernes d'accroissement en raison du dépassement de la limite élastique à la compression.Pour cette raison, il faut absolument s'assurer des conditions ambiantes normales lors de la pose et par la suite, même si les pièces ne sont pas habitées. Il faudra peut-être mettre en place un déshumidificateur électrique d'air afin de retrouver une humidité proche de 50% dans l'habitation. Bien ventiler les locaux en toutes saisons pour éviter de trop grandes variations hygrométriques.
Toutes les essences utilisées dans la fabrication du parquet ont une dureté apte à garantir les performances exigées pour cet emploi. Cependant, la sollicitation provoquée par des coups, la chute d'objets ou des charges élevées et ponctuelles (talons aiguilles, escabeaux...) peuvent entraîner des déformations de la surface.
Le parquet n'a pas les mêmes caractéristiques que de matériaux synthétiques ; deux parquets de même bois ne présenteront pas un aspect identique.
Un échantillon de quelques lames peut donner une idée de l'aspect d'un parquet mais ne peut jamais représenter tous ses détails et son aspect esthétique final. 
Les phénomènes décrits ci-dessus font partie de la nature des parquets et ne doivent pas être considérés comme des défauts.

POSE CLOUEE DES PARQUETS MASSIFS (DTU 51-1)


Les règles générales préalables à la pose s'appliquent à la pose clouée d'un parquet massif. Le parquet doit avoir une épaisseur minimum de 20 mm. L'entraxe entre les solives ou lambourdes doit être au maximum de 40 cm d'axe en axe (30 cm pour les sols sportifs). La pose clouée doit être réalisée selon le DTU 51-1.


Pose des lambourdes


Les lambourdes sont calepinées en fonction de l'orientation des lames de parquet et elles ont une section usuelle de 80 x 25 mm. Elles sont posées avec un entraxe régulier maximum pour les locaux d'habitation de 40 cm pour des lames de 20 mm et plus d'épaisseur. Les joints sont décalés d'une rangée à l'autre.
Les lambourdes peuvent être collées sur une dalle béton surfacée (colle polyuréthane) ou calées et collées sur dalle béton. Elles peuvent être calées et chevillées sur une dalle béton, tous les 50 cm et à chaque extrémité de lambourde (le pisto scellement est interdit).
Dans le cas d'une pose sur solives, les lambourdes doivent impérativement reposer sur au moins 3 solives, avec des joints sur solives et décalés d'une rangée à l'autre.
Les lambourdes peuvent être scellées au ciment ou au plâtre, sur toute la longueur et sur les 2 côtés de la lambourde ; ce mode de fixation nécessite un long délai de séchage avant la pose du parquet.
Sur support plan, les lambourdes peuvent être posées en flottant sur un matériau résilient (technique utilisée dans les salles de sport pour un parquet souple).


Pose du parquet


Vérifier les niveaux du sol, des lambourdes ou des solives et respecter le jeu périphérique.
Le parquet doit être posé dans le sens d'entrée de la lumière dominante de la pièce. Ouvrez plusieurs colis de manière à homogénéiser d'éventuelles singularités présentes en quantités différentes d'un colis à un autre (couleur, fil du bois, nœuds...).
Les lames doivent, impérativement, être perpendiculaires ou à 45° par rapport à l'axe des éléments du support. Toutes les lames doivent être jointives sur les 4 côtés.
Pour débuter la pose de la première rangée, placez la première lame, rainure contre le mur, sans oublier de mettre les cales pour le joint de dilatation. Les lames sont assemblées entre elles en rainure languette sur leurs bouts, utiliser une cale de bois si besoin afin de ne pas abîmer le parquet. La fixation se fait par clouage sur chaque lambourde ou solive en biais dans les languettes (pointes homme ou tête plate de 50 mm mini, utiliser un chasse-clou).
Coupez la dernière lame de la 1ère rangée et conservez-en la chute qui servira à débuter la 2ème rangée. Continuez le montage. Veillez tout au long de la pose à garder un intervalle d'environ 25 à 30 cm entre 2 jonctions de lames (ou au minimum une largeur et demie de lame). Répétez cette opération jusqu'à la fin de la pièce.
Superposez la dernière lame sur la dernière rangée posée ; prenez un morceau de chute et retournez le contre le mur. Tracez un trait en tenant compte du jeu de dilatation et découpez la dernière lame. Emboîtez le dernier élément à l'aide d'un outil.
Prévoyez un jeu de fractionnement à l'endroit des seuils dans le cas de pièces contiguës, de façon à individualiser chaque surface de parquet. Dans le cas de tuyaux, effectuez la découpe. Enlevez les cales après environ une journée. 
Pour un meilleur confort acoustique, il est recommandé de remplir le plan de lambourdage par un isolant fibreux (laine de bois).

Une fois les cales enlevées, vous pouvez fixer les plinthes ou moulures pour masquer le jeu de dilatation, et les seuils de porte adaptés au parquet. Ne jamais les fixer au parquet afin que celui-ci puisse se dilater ou se comprimer. La finition des tuyaux s'effectue avec un joint acrylique ou une rosace. Pensez à protéger le parquet avec une bâche de protection spécifique jusqu'au moment de la réception de l'ouvrage. En aucun cas la bâche ne doit être collée avec des bandes adhésives.

POSE FLOTTANTE DES PARQUETS CONTRECOLLES (DTU 51.11)


Afin d'éviter des remontées d'humidité, il est obligatoire de placer un film polyane imperméable de 150 microns d'épaisseur sur tous supports à base de béton, en le laissant remonter sur les murs (environ 5 cm). Si le film n'est pas suffisamment grand pour couvrir toute la surface, vous pouvez utiliser plusieurs morceaux que vous assemblez avec un ruban adhésif imperméable. Les différents films plastiques doivent se chevaucher sur 20 cm. La sous-couche de désolidarisation sera posée bord à bord sans recouvrement perpendiculairement au sens de pose du parquet.
Le parquet doit être posé dans le sens d'entrée de la lumière dominante de la pièce. Ouvrez plusieurs colis de manière à homogénéiser d'éventuelles singularités présentes en quantités différentes d'un colis à un autre (couleur, fil du bois, nœuds...).
Pour débuter la pose de la première rangée, placez la première lame, rainure contre le mur, sans oublier de mettre les cales pour le joint de dilatation. Les lames sont assemblées entre elles par collage en rainure languette sur leurs bouts, utiliser une cale de bois si besoin afin de ne pas abîmer le parquet. La colle est déposée en continu sur la joue supérieure de la rainure. Le choix de la colle utilisée pour les rainures doit être conforme aux préconisations du fabricant.
Coupez la dernière lame de la 1ère rangée et conservez-en la chute qui servira à débuter la 2ème rangée en encollant la partie supérieure de la rainure en long. Continuez le montage , toujours en encollant la partie supérieure des rives et des bouts. Veillez tout au long de la pose à garder un intervalle d'environ 25 à 30 cm entre 2 jonctions de lames (ou au minimum une largeur et demie de lame). Répétez cette opération jusqu'à la fin de la pièce. Essuyez rapidement tout excédent de colle.
Superposez la dernière lame sur la dernière rangée posée ; prenez un morceau de chute et retournez le contre le mur. Tracez un trait en tenant compte du jeu de dilatation et découpez la dernière lame. Emboîtez le dernier élément à l'aide d'un outil.
Prévoyez un jeu de fractionnement à l'endroit des seuils dans le cas de pièces contiguës, de façon à individualiser chaque surface de parquet. Dans le cas de tuyaux, effectuez la découpe. Enlevez les cales dès que la colle est sèche (environ une journée).
Une fois les cales enlevées, vous pouvez fixer les plinthes ou moulures pour masquer le jeu de dilatation, et les seuils de porte adaptés au parquet. Ne jamais les fixer au parquet afin que celui-ci puisse se dilater ou se comprimer. La finition des tuyaux s'effectue avec un joint acrylique ou une rosace. Pensez à protéger le parquet avec une bâche de protection spécifique jusqu'au moment de la réception de l'ouvrage. En aucun cas la bâche ne doit être collée avec des bandes adhésives.
Respectez un temps de séchage d'environ 24h avant la remise en circulation des locaux.

POSE COLLEE EN PLEIN DES PARQUETS MASSIFS OU CONTRECOLLES (DTU 51-2)


Ce type de pose nécessite de coller les lames de parquet directement sur le support (support bois, chape...). Assurez-vous que vous prévoyez une colle adaptée au support et au parquet.
La colle est appliquée directement sur le support à l'aide d'une spatule crantée, en effectuant de larges mouvements circulaires ininterrompus. Il est conseillé de travailler sur des surfaces réduites (pas plus de 3 ou 4 rangées de parquet). La consommation sera d'environ 1kg à 1,2kg/m². Pour une utilisation optimale, nettoyez régulièrement votre spatule. Respectez bien le temps ouvert de la colle (temps qui s'écoule entre l'application de la colle et la pose des lames) pour en garantir l'efficacité.
Le parquet doit être posé dans le sens d'entrée de la lumière dominante de la pièce. Ouvrez plusieurs colis de manière à homogénéiser d'éventuelles singularités présentes en quantités différentes d'un colis à un autre (couleur, fil du bois, nœuds...).
Pour débuter la pose de la première rangée, placez la première lame, rainure contre le mur, sans oublier de mettre les cales pour le joint de dilatation. Les lames sont assemblées entre elles en rainure languette sur leurs bouts, utiliser une cale de bois si besoin afin de ne pas abîmer le parquet. Déposez les lames directement sur la surface encollée tout en exerçant une pression afin d'obtenir une parfaite adhérence entre le parquet et le support.
Coupez la dernière lame de la 1ère rangée et conservez-en la chute qui servira à débuter la 2ème rangée. Continuez le montage. Veillez tout au long de la pose à garder un intervalle d'environ 25 à 30 cm entre 2 jonctions de lames (ou au minimum une largeur et demie de lame). Répétez cette opération jusqu'à la fin de la pièce. Essuyez rapidement toute trace de colle.
Superposez la dernière lame sur la dernière rangée posée ; prenez un morceau de chute et retournez le contre le mur. Tracez un trait en tenant compte du jeu de dilatation et découpez la dernière lame. Emboîtez le dernier élément à l'aide d'un outil.
Prévoyez un jeu de fractionnement à l'endroit des seuils dans le cas de pièces contiguës, de façon à individualiser chaque surface de parquet. Dans le cas de tuyaux, effectuez la découpe. Enlevez les cales une dès que la colle est sèche (environ une journée).
Une fois les cales enlevées, vous pouvez fixer les plinthes ou moulures pour masquer le jeu de dilatation, et les seuils de porte adaptés au parquet. Ne jamais les fixer au parquet afin que celui-ci puisse se dilater ou se comprimer. La finition des tuyaux s'effectue avec un joint acrylique ou une rosace. Pensez à protéger le parquet avec une bâche de protection spécifique jusqu'au moment de la réception de l'ouvrage. En aucun cas la bâche ne doit être collée avec des bandes adhésives.
Respectez un temps de séchage d'environ 24h avant la remise en circulation des locaux.

PRECAUTIONS SPECIFIQUES POUR CHAUFFAGE PAR LE SOL


Plancher chauffant eau chaude basse température


Cette pose nécessite quelques précautions particulières. Assurez-vous avant tout de la compatibilité du parquet sur ce type de support.
La résistance thermique des éléments associés (parquet, sous-couche de désolidarisation, colle...) ne doit pas dépasser 0.15 m²,K/W et la température de surface du parquet après la pose ne peut dépasser 28°C.
Conditions de pose
Le système de chauffage par le sol à eau chaude doit être conforme aux exigences de conception et de mise en œuvre définies dans la norme NF EN 1264-1, complétée par le DTU 65-14 « Exécution de planchers chauffants à eau chaude ».
L'enrobage en béton (béton prêt à l'emploi, béton préparé sur chantier, chapes fluides à base de ciment ou à base de sulfate de calcium prêt à l'emploi ou prêt à gâcher) doit avoir dans tous les cas une conductivité thermique supérieure ou égale à 1,2 W/m.K.
Le circuit devra être équipé d'un dispositif limitant la température d'eau à 40°C.
Sur ce type de sol chauffant, une pose en plein est préconisée car elle permet une meilleure diffusion et répartition de la chaleur. Cependant, une pose flottante avec une sous-couche adaptée est possible.
Mise en œuvre
Il est nécessaire de compléter le séchage naturel du support par la mise en route du chauffage (lorsqu'il est neuf) et à son maintien pour au moins 3 semaines quelle que soit la saison (avec une température de 20 à 25°C)
Le chauffage doit être interrompu 48 heures avant l'application de la colle et remis en route progressivement, par palier de 5°C, une semaine au moins après la mise en œuvre du parquet.
Utiliser impérativement une colle et une sous-couche adaptées en ayant respecté les conditions pré-citées.
Précautions d'emploi
Le bon fonctionnement de ce procédé de chauffage suppose quelques précautions :
Veiller à maintenir un taux hygrométrique ambiant de 45 à 60% avant et après la pose. L'utilisation d'un humidificateur ou d'un déshumidificateur électrique d'air est recommandée pour obtenir une humidité proche de 50%. L'utilisation de VMC double flux est préconisée dans le but de régénérer l'air de l'habitat.

Plancher rayonnant électrique


Cette pose nécessite quelques précautions particulières. Assurez-vous avant tout de la compatibilité du parquet sur ce type de support.
La résistance thermique des éléments associés (parquet, sous-couche de désolidarisation, colle...) ne doit pas dépasser 0.15 m²,K/W et la température de surface du parquet après la pose ne peut dépasser 28°C.
Conditions de pose
Les planchers chauffants avec câbles électriques enrobés dans le béton doivent être conformes à la norme NF C 32-330 et installés selon la norme NF P 52-302.
Les planchers rayonnants électriques, constitués d'un câble chauffant et recouverts par un ouvrage de recouvrement de type chape ou dalle, doivent respecter les préconisations du CPT Plancher Rayonnant Electrique (cahier CSTB n° 3606).
L'épaisseur de la couche d'enrobage au-dessus des éléments chauffants (épaisseur de recouvrement) doit être comprise entre 5 et 6 centimètres maximum.
Une régulation doit être mise en place, tout particulièrement lors de la première mise en chauffe mais également pendant sa mise en œuvre, pour éviter des montées en température trop rapides.
Sur ce type de sol chauffant, une pose en plein est préconisée car elle permet une meilleure diffusion et répartition de la chaleur. Cependant, une pose flottante avec une sous-couche adaptée est possible.
Mise en œuvre
La première mise en température des planchers rayonnants électriques doit être faite par l'installateur de chauffage électrique.
Le préchauffage ne peut commencer que trois semaines après la réalisation de l'ouvrage de recouvrement, et avant la mise en œuvre des revêtements de sol collés. La première journée de chauffe ne peut excéder 2 heures, puis les périodes de chauffe peuvent être allongées d'au plus d'1 heure par jour jusqu'aux limites imposées par le fonctionnement de la régulation. Ce programme est à définir au préalable en accord avec le maître d'oeuvre.
Interrompre le chauffage 48 heures avant la pose et le remettre en marche une semaine après en augmentant progressivement la puissance par tranche journalière de 5°C jusqu'à la bonne température.
Utiliser impérativement une colle et une sous-couche adaptées en ayant respecté les conditions pré-citées.
Précautions d'emploi
Le bon fonctionnement de ce procédé de chauffage suppose de ne pas bloquer son émission de chaleur (présence à même le sol d'un matelas, tapis épais, meuble bas...) au risque de provoquer une élévation anormale de la température des éléments chauffants. Cette montée en température peut entraîner des désordres tels que la dégradation du parquet (fissuration du bois).
Sensibiliser les occupants par un message :
« Chauffage électrique par le sol - Ne pas percer - Ne pas recouvrir – Laisser un espace libre d'au moins 3 cm entre tout élément mobilier et le sol ».
Veiller à maintenir un taux hygrométrique ambiant de 45 à 60% avant et après la pose. L'utilisation d'un humidificateur ou d'un déshumidificateur électrique d'air est recommandée pour obtenir une humidité proche de 50%. L'utilisation de VMC double flux est préconisée dans le but de régénérer l'air de l'habitat.

Plancher chauffant rafraîchissant


Cette pose nécessite quelques précautions particulières. Assurez-vous avant tout de la compatibilité du parquet sur ce type de support.
La résistance thermique des éléments associés (parquet, colle...) ne doit pas dépasser 0.09 m²,K/W et la température de surface du parquet après la pose ne peut dépasser 28°C.
Conditions de pose
Pour les planchers chauffants rafraîchissants de type hydraulique par voie humide, la conception et la mise en œuvre du plancher s'effectuent selon la norme NF P 52-307 (DTU 65.14) et selon le CPT « Planchers réversibles à eau basse température » (cahier CSTB 3164).
Le système doit permettre de répartir de façon homogène la chaleur et devra être équipé de sonde automatique permettant de réguler la température d'eau au départ du fluide afin d'éviter le point de rosée en surface du parquet (condensation). Le circuit devra être équipé d'un dispositif limitant la température d'eau dans le circuit, généralement entre 18 et 22°C en fonction des régions.
Mise en œuvre
Il est nécessaire de compléter le séchage naturel du support par la mise en route du chauffage (lorsqu'il est neuf) et à son maintien pour au moins 3 semaines quelle que soit la saison (avec une température de 20 à 25°C)
Le chauffage doit être interrompu 48 heures avant l'application de la colle et remis en route progressivement, par palier de 5°C, une semaine au moins après la mise en œuvre du parquet.
Utiliser impérativement une colle et une sous-couche adaptées en ayant respecté les conditions pré-citées.
Précautions d'emploi
Le bon fonctionnement de ce procédé de chauffage suppose quelques précautions :
Les installations de VMC double flux sont obligatoires et doivent rester en fonctionnement durant la période estivale.
Le système ne doit jamais être arrêté brutalement (circulation d'eau), mais agir plutôt sur la température de façon à ne pas créer de condensation en surface du parquet.
Veiller à maintenir un taux hygrométrique ambiant de 45 à 60% avant et après la pose. L'utilisation d'un humidificateur ou d'un déshumidificateur électrique d'air est recommandée pour obtenir une humidité proche de 50%. L'utilisation de VMC double flux est préconisée dans le but de régénérer l'air de l'habitat.

ENTRETIEN D'UN PARQUET


Pour entretenir un parquet, il est recommandé de :

  • Nettoyer à sec la surface avec un aspirateur ou un balai
  • Ne jamais laver à grande eau, utilisez un matériel toujours bien essoré (balai ou serpillière microfibre lavable en machine)
  • Ne jamais laisser de produit stagner sur le parquet (essuyer et sécher la surface)
  • Ne jamais utiliser de détergents agressifs, abrasifs ou siliconés
  • Ne jamais utiliser de nettoyeur vapeur
  • Utiliser les produits d'entretien et de maintenance compatibles et préconisés
  • Respecter les instructions d'entretien spécifiques

Entretien régulier d'un parquet verni


Pour le nettoyage au quotidien, l'utilisation du balai ou de l'aspirateur doit être complétée par l'application d'un nettoyant doux à pulvériser sur le sol et essuyer sur toute la surface.
En fonction de sa sollicitation, le parquet verni peut perdre un peu de son éclat. Il devient donc nécessaire de le raviver avec un produit nettoyant que vous appliquerez avec un balai ou une serpillière microfibre bien essorée. Il dégraissera et nettoiera en laissant les surfaces nettes et sans trace.
Pour prolonger la durée de vie du vernis et si la surface présente des signes d'usure, aspect terni, micro-rayures, il devient nécessaire d'appliquer un rénovateur qui redonne un aspect uniforme aux parquets usés et ternis et élimine les micro-rayures. Il suffit d'appliquer 1 ou 2 couches avec un balai ou une serpillière microfibre bien essorée
Si vous voulez rénover votre parquet (détériorations type rayures, chocs...) ou changer de teinte, il faut entièrement le poncer jusqu'au bois brut puis appliquer une nouvelle finition.

Entretien régulier d'un parquet huilé


Pour le nettoyage au quotidien, l'utilisation du balai ou de l'aspirateur doit être complétée par l'application d'un savon naturel qui conserve et renforce l'aspect du parquet. 
En fonction de l'usage, le parquet huilé peut perdre un peu de son éclat. Il devient donc nécessaire d'appliquer une huile d'entretien qui préserve, nourrit et régénère l'aspect du parquet.
Lorsqu'un parquet huilé est posé sur un sol chauffant, il faut appliquer une huile d'entretien au moins tous les 6 mois.
Si vous voulez rénover votre parquet (détériorations type rayures, chocs...) ou changer de teinte, il faut entièrement le poncer jusqu'au bois brut puis appliquer une nouvelle finition.

Les classes d’utilisation du parquet

Les classes d’utilisation qui concernent le parquet sont à prendre en compte pour placer votre parquet dans la pièce adéquate.

La norme européenne EN 685 définit des classes d’utilisation pour les revêtements de sol en fonction des zones de pose du revêtement et de l’intensité de l’usage.

Usage                /         Classe     /      Exemples

Domestique modéré      / 21 / Maison individuelle sans accès sur l'extérieur, chambres, couloir

Domestique général       / 22 / Pièce sans accès sur l'extérieur (hall d'entrée appartement), séjour

Domestique élevé          / 23 / Pièce avec accès à l'extérieur (hall d'entrée) ou avec usage professionnel

Commercial modéré      / 31 / Bureaux individuels, chambres d'hôtel

Commercial général       / 32 / Bibliothèques, églises, boutiques à l'étage, salles de conférence

Commercial élevé          / 33 / Salles d'attente d'aéroport, salles de classe et boutique avec accès direct sur l'extérieur, discothèques (hors piste de danse), amphithéâtre, escaliers...

Commercial très élevé   / 34 / Salles polyvalentes, restaurants d'entreprise, musées, salles de réunion publiques, pharmacie, circulation entre locaux techniques, cafétéria de grande surface...

Epaisseur minimale de la couche d'usure en fonction de la classe de dureté des bois et du classement d'usage des locaux

Dureté des bois  / épaisseur minimum du parement en mm

                              2,5  /  3,2  /  4,5  /  7

B Bois mi-durs     21   /   22   /   23  /  31  

C Bois durs          23   /   31   /   33  /  34

D Bois très durs   31  /   33   /   34  /   41

Dureté des bois

Classe A Bois tendres: Epicéa, Pin sylvestre, Sapin, Aulne...

Classe B Bois mi-durs: Châtaignier, Pin maritime, Mélèze, Sycomore, Merisier, Teck, Noyer, Bouleau...

Classe C Bois durs: Afromosia, Eucalyptus, Amarante, Frène, Moabi, Guatambu, Movingui, Chêne, Bilinga, Hêtre, Mutenye, Iroko, Padouk, Doussié, Makoré, Charme, Robinier...

Classe D Bois très durs: Angélique, Bubinga, Ebène, Olivier, Ipé, Sucupira, Cumaru, Jatoba, Wengé...